Le moins qu’on puisse dire, c’est que cette histoire de Kakebo, ça vous passionne ! Chaque fois que j’en parle, je reçois des tas et des tas de questions.

Alors c’est parti pour l’article qui explique tout.

Le Kakebo, c’est quoi ?

C’est un type de gestion budgétaire personnelle qui vient du Japon. Le principe de base est simple : il s’agissait de noter toutes les dépenses et entrées au quotidien dans un carnet classique. La méthode a bien évolué au point de devenir un mode de vie et des carnets Kakebo sont apparus avec toutes les explications pour bien s’en servir.

J’ai, pour ma part, choisi ce modèle-ci, paru chez Hachette :

Comment ça marche ?

La plupart des Kakebo fonctionnent sur le même modèle. Et de toute façon, si vous vouliez en faire un manuellement, la technique est la même.

J’envisage d’ailleurs de le faire moi-même l’année prochaine dans mon outil NOTION (autre truc dont je dois absolument vous parler aussi !)

Kakebo

Donc le Kakebo est décomposé en 4 SAISONS. Je vais vous montrer ma saison 2 histoire de garder mes comptes pour moi quand même. Le mien comporte une énorme partie explicative avec plein d’exemples.

Une saison compte trois mois et doit toujours commencer le premier jour où vous recevez votre salaire.

Vous allez d’abord devoir lister :

  1. Votre grand objectif trimestriel (chez moi le trimestre passé c’était m’acheter un nouveau lit), vous notez pourquoi vous voulez atteindre cet objectif et quelle somme est nécessaire.
  2. Vous trouvez une astuce. La mienne était, par exemple, de ne plus passer à la pompe essence près de chez moi pour acheter un produit qui me manque parce que je n’ai pas été prévoyante (et donc acheter également un paquet de chips trois fois plus cher, un magazine inutile et un paquet de chewing-gum).
  3. Il faut évaluer comment vous allez dépenser vos rentrées : nécessité, gaspillage et investissement. C’est un objectif évidemment et on l’affine avec le temps.
  4. Il faut ensuite réfléchir à ce que vous souhaitez améliorer. Ca peut sortir du cadre des finances.
  5. Ensuite, lancez-vous un challenge. De mon côté, c’était déjeuner salé.
  6. Vous devez aussi choisir un mentor ! Cette personne doit avoir une vue de votre kakebo et vous donner son avis. C’est ma soeur, elle doit donc me décourager quand je suis proche du craquage inutile.
  7. On vous rappelle aussi que vous avez des choses plus précieuses que les achats puisque vous devez réfléchir à ce que vous avez de plus précieux. C’est rarement un sac.
  8. On peut ensuite prévoir 3 récompenses si on arrive à atteindre les objectifs trimestriels. Ca peut être un restaurant, une robe, mais aussi une promenade ou autre…

Vous l’aurez compris, il y a pas mal de réflexion personnelle dans cette partie.

Puis c’est parti pour le vif du sujet. Il faut tout lister : ce qui rentre, ce qui sort, dans le détail.

Là, j’ai déjà réalisé que j’étais à côté de la plaque. J’avais omis toutes ces petites dépenses de Visa qui sont mensuelles et liées à ma carte telles que mes abonnements pour les outils que j’utilise pour le blog, des petites apps à 0,99€ que j’avais oubliées, mais aussi j’avais zappé une assurance à 11€, l’eau qui est facturée trimestriellement etc etc.

Au cours de ces trois premiers mois, j’ai vraiment listé des dépenses que j’avais zappées et fait le tour de plein de choses.

J’avais fortement sous-estimé mes dépenses alimentaires aussi.

Et là, il est temps de passer à la gestion quotidienne. Toute dépense quotidienne doit être notée. Toute. Et elle doit être ajoutée dans la bonne colonne : nécessité, investissement ou GASPILLAGE.

Je pense que c’est ça qui m’a le plus aidée : devoir écrire une dépense dans “gaspillage” me fait réfléchir à deux fois. Et j’ai souvent fait machine arrière : écrire 9€ de gaspillage parce que je me suis acheté un magazine (un beau, ok ?) pendant mes courses, ça me faisait mal.

Avant d’acheter une app rigolote, même chose, t’as moins envie, ça te fout un peu la honte.

Ce que j’ai changé et appris

Avoir un objectif sur papier, c’est vachement plus clair. Tu SAIS que c’est jouable selon tes calculs SI TU NE DECONNES PAS.

J’ai revu mes dépenses dans pas mal de domaines puisque, si je voulais atteindre mes objectifs ET faire du shopping, je devais diminuer des dépenses fixes.

J’ai revu mes abonnements à la baisse pour la télé, le gaz et l’électricité, j’ai fait le tri de mes apps, et j’ai déjà récupéré un bon 70€ par mois. Ca n’a l’air de rien mais 70€, c’est du shopping.

J’ai diminué mes dépenses de courses nulles : Aldi, Lidl en priorité, Delhaize pour les trucs vraiment introuvables ailleurs. Encore 100€ de gagné.

Bref rien qu’en revoyant certains comportements et abonnements, c’est 170€ que j’ai récupérés. TOUS LES MOIS.

J’ai aussi appris que je dépense une FORTUNE en cadeaux sur un an.

Ce que j’aime moins

Ça me rend un peu radin. Quand tu comptes aussi bien, 10€ c’est 10€. Je prends tellement le prix de me poser la question avant de faire une dépense que tu me demandes 10 balles, j’ai l’impression que tu prends un bout de mon objectif.

Donc j’essaie de faire gaffe à quand même garder une latitude.

Bilan final

Honnêtement, ça change ma vie. Je SAIS combien j’ai précisément et je perds l’habitude de dépenser ce que j’ai sur mon compte juste parce que c’est là : je sais aussi exactement ce qui va devoir sortir et je n’ai pas le temps d’oublier mon objectif puisque tous les soirs, je le vois en allant noter mes dépenses du jour.

J’ai appris de façon plus consciente ce que font toutes ces petites dépenses inutiles accumulées et… ça fait beaucoup. Je finis par préférer les garder pour mon objectif du mois ou trimestriel.

Je suis assez fière de ce petit apprentissage qui a le mérite d’être ludique (oui, j’écris avec de jolies couleurs, tant qu’à faire).

Vous êtes nombreuses à me demander quel Kakebo je conseille et je dois bien avouer que, n’ayant testé que le mien, c’est le seul que je peux vous citer.

Par contre, je vous déconseille vivement les Kakebo virtuels : aucun ne m’a convaincue. Si vous êtes française, il existe des applications connectées à votre compte bancaire, en Belgique, c’est impossible. A voir donc, si vous êtes française.

Je suis curieuse d’avoir votre retour si vous tentez l’affaire. Moi, je suis archi convaincue !