C’est une question classique qui m’est posée de façon récurrente. La plupart du temps par des gentils gars mais aussi par des nanas en fait. Là, c’est un lecteur qui m’a écrit…

Il est grand temps d’y répondre. Let’s go…

« Les filles »

Alors déjà, j’aimerais que nous remettions les points sur les J (oui, pourquoi les I toujours?) et qu’on arrête de mettre toutes les filles/femmes dans le même sachet de frites. Il n’y a pas plus de filles qui préfèrent les salauds que de mecs qui préfèrent les pouffes. Il n’y a pas plus de filles qui préfèrent les crêpes aux pancakes non plus. Vous voyez l’idée?

Donc recadrons la question : pourquoi CERTAINES filles préfèrent les salauds?

Une question de culture

Et là, je dis MERCI LA LITTERATURE, le cinéma, les séries et les romans Harlequin de mes deux dans lesquels on nous vend depuis l’enfance cette histoire toute pourrie où une jeune innocente rencontre un sale con qui en tombe éperdument amoureux et en fait un Type Bien.

Je pourrais vous en citer une liste loooooongue comme le bras. Chuck Bass? Valmont? Ce gros con de Christian Grey…, le Dracula de Coppola enzovoort… Même BARNEY Stinson vous sert le même trip avec Robyn…

Le type qui a baratiné des centaines de nanas pour les amener dans son pieu…
« Et j’ai dit que je m’appelais comment déjà? »

Pour Robyn : « Quand je laisse passer un jour sans te parler, ce jour est mauvais… »

 

Ces mecs, héros des temps modernes, sont tous les mêmes : ils sont des méchants purs et durs, capables d’écraser père et mère pour l’ascension sociale et la reconnaissance en gros MAIS ils deviennent de vrais petits saints devant l’héroïne.

S’ils ne sont pas méchants, au moins, ils sont dangereux (les vilains gentils vampires et loups-garous des dix dernières années par exemple…). Mais ils ne sont pas dangereux pour la jeune et innocente vierge effarouchée qu’ils aiment.

En gros, on vend depuis la nuit des temps aux femmes qu’elles vont trouver le prince pas trop charmant en allant le chercher chez celui qui n’en a pas l’air…

A quelle nana ça plait?

Oh bah y a plusieurs profils hein…

On a par exemple la nana qui cherche à conquérir un papa absent en allant chercher le rejet trop bien connu qu’elle a toujours vécu. Ou celle qui veut transgresser l’interdit. Ou celle qui veut se prouver qu’elle a des cojones… enfin y en a plein.

Mais il y a aussi une sale question d’ego à admettre quand on cherche POURQUOI on aime le méchant de l’histoire. C’est rarement parce qu’on aime sa méchanceté hein. Il faut l’avouer. C’est l’idée d’être la personne UNIQUE qui peut le changer. Il s’agit donc en réalité de quête de pouvoir et d’exception.

Donc la prochaine fois que tu oublies que tu es Blair Warldorf, souviens-toi, je suis Chuck Bass et je t’aime…

C’est être exceptionnelle que l’on recherche dans cette quête. Lisez entre les lignes « je n’aime personne mais je t’aime toi. Tu es donc un être exceptionnel ». De là à se demander si ce n’est pas soi-même qu’on cherche à aimer en voulant conquérir un connard, il n’y a qu’un pas, que je franchis allègrement chaque fois que je me pose la question pour moi-même… (forcément, si je maitrise le sujet, c’est que je me suis d’abord auto-analysée hein)

Oui parce que bon, vous le savez, je suis la première à faire des « mooooooh » extasiés devant Chuck hein…

Je ne me suis jamais sentie normale. Parce que je ne suis pas normale. Je ne veux pas l’être.

CQFD hein.

Fuis-moi je te suis et toutes ces conneries…

Et puis je ne veux vexer personne mais il n’y a pas que les nanas pour tomber dans ce piège fallacieux (c’est un peu redondant mais soit).

Une part de l’humanité est ainsi faite : elle veut chercher l’amour là où il est difficile à conquérir. Parce que tout ce qui demande des efforts semble avoir plus de prix. Cela nous pousse à bien des erreurs. Tout cela pour une quête naïve d’absolu, parce que l’amour n’est pas là.

L’amour n’est pas difficile, en tout cas, il ne devrait pas l’être. L’amour est la rencontre de deux personnes qui se complètent, il ne demande pas de forcer l’autre à nous voir puisqu’il nous voit, de toute façon.

Ceci dit, quand on y pense, les films nous vendent aussi que si l’amour est simple, il passe l’arme à gauche avant l’heure :'(

Et si je suis le gentil de l’histoire?

Si tu es le gentil de l’histoire et que tu te bats pour que la nana te regarde, peut-être est-elle tout simplement ta méchante : celle après laquelle tu cours sans voir ta gentille, parce que ton ego te dicte cette difficulté.

Ou peut-être qu’il n’y a pas de méchants dans l’histoire? Qu’on est tous le méchant de quelqu’un d’autre dès lors qu’on n’en est pas épris*? C’est une éventualité intéressante à envisager non?

*Cette éventualité ne compte pas pour Christian Grey. Ce type est un psychopathe riche. Et elle, une pauvre nana sous influence.**

**Désolée pour les fans de Grey si leur rêve ultime est de signer un contrat avec un type qui veut avoir un contrôle total sur chacun de leur geste… ***

*** Merde, je vais encore perdre des followers… ^^