Attention, article confession iceyyyy…

Vous savez, parfois, je remonte mon propre blog pour trouver un truc à vous repartager. Et ça m’oblige à remonter 5 années de vies antérieures voire plus puisque certains articles ont déjà été repris de mes premiers blogs et remis dans celui-ci.

J’en arrive petit à petit à l’époque où j’étais malheureuse comme les pierres, où je me sentais affreuse, nulle, où je faisais un métier que je n’aimais plus, perdue dans une ère où je ne me sentais pas de place. Je crevais de peur qu’on ne remarque une faille alors que j’en étais une béante. Ca me rendait parfois conne, parfois nulle, souvent tellement flippée que je cherchais l’air…

Je retrouve des articles rageurs qui restent drôles, mais aigris.

Ou des articles où on voit TELLEMENT que je me casse le cul pour coller au moule… Je veux dire que MOI, qui prône le droit à l’imperfection, j’ai lancé le Bree Van De Champ Challenge… C’est un peu fou ça non?

Pour rappel, il s’agissait d’un Challenge qui permettait en quelques semaines de devenir une parfaite petite femme d’intérieur hypeeeer organisée (je vous laisse faire des recherches toutes seules comme des grandes si le coeur vous en dit).

Je cumulais à cette époque mon métier, une Lola petite, un engagement en politique et un blog. Et je vendais le rêve d’une vie idéale. Tu parles Charles.

Mais alors pourquoi je vous écris tout ça aujourd’hui?

J’aurais tout aussi bien pu supprimer tout simplement ces articles et basta cosi. Sauf que non. D’abord, ils ne recèlent pas que des idées débiles (si, je vous jure, mon facturier de la mort qui tue, je vais m’y remettre, ça m’évitera des déconvenues d’oublis de paiements divers et variés). Mais surtout parce que je n’en rougis pas : j’ai fait tout ça.

J’ai cherché à être parfaite.

Et putain qu’est-ce que j’ai essayé. Et qu’est-ce que ça m’a rendue malheureuse…

Vous savez pourquoi?

Parce qu’on ne PEUT PAS Y ARRIVER.

Alors si toi qui me lis, là de suite, tu es dans une course folle qui te rend chèvre parce que tu n’arrives pas à être Bree Van de Kamp mélangée aux autres héroïnes de la série (oui parce que c’est un peu ça qu’on essaie toutes de faire hein, alors que bon, les scénaristes ils t’ont déjà bien montré que c’est un rôle qui finit alcoolique et dépressive), parce que tu n’arrives pas à avoir une maison tirée à mille épingles, une coiffure immobile de pub Pantène, un makeup de MUA, un corps de fitnessgirl, des enfants parfaits, un rôle de girlboss ET une vie de couple rayonnante, lâche la pression.

Bilivemi.

Lâche la pression.

Le monde ne va pas s’arrêter de tourner parce que t’as une machine de retard ou que ton souper du soir c’est un plat pour le micro-ondes.

Tu as des priorités : choisis-les bien. Pose-toi. Respire.

Et arrête de courir.

Et vis.