Je vous avais promis des lookbooks sans retouche. Il fallait bien que j’y passe puisque nous sommes sur mon blog et que parler d’acceptation de soi sans assumer son image serait contradictoire. Mais si j’ai bien appris à prendre confiance en moi en bien des points, m’assumer « en entier » sur un blog beaucoup lu, bah, disons que ça reste un effort.

On voit partout des corps idéaux, des femmes de 18 ans très très minces, à la peau lissée. Je ne veux aucune retouche sur ce blog. Pas de filtre lissant, rien. Je ne retouche qu’un brin de lumière et de contraste et basta.

Pas de décor enchanteur non plus : la vie n’est pas un monde enchanteur. Si je porte une robe, il y a peu à parier que ce soit au milieu d’un décor idéal de château rêvé. Donc nous sommes allés derrière ADNC tout bêtement.

Le plus difficile a été de ne pas shooter les détritus. Mais nous y reviendrons…

Bref, ça ne vous fera pas rêver en mode « tu aurais l’air de ça si tu étais Sharon Stone », mais ça vous donne des idées pour corriger vos soucis s’ils sont les mêmes que les miens ou tout simplement une image d’un corps normal sans photoshop 🙂

Alors admettons que j’aie acheté cette fabuleuse robe Dry Lake (que j’ai achetée et que j’adore hein en vrai).

Vous noterez que je reste fort judicieusement planquée derrière mon sac géant histoire d’avoir l’air plus petite que lui… Excellent truc ça : plus le sac est grand, plus vous avez l’air fine.

Mais si vous êtes une petite fine, fuyez les sacs gigantesques, ils vous rendent encore plus petite. Bon, dans ce cas présent, le sac est quand même TROP grand, on voit bien qu’il me sert avant tout à me cacher derrière, ce qui est complètement con, on est d’accord, mais soit…

Bon, alors admettons que je porte cette robe. Quel est le taux de chance que je sois prise en photo dans une super pose élégante et sexy hein?

1/10

Si je vais avec cette robe à un mariage, il y a 9 chances sur 10 que la photo qui sortira ressemblera à ceci :

 

Et moi j’aimerais bien voir, dans les magazines, de quoi JE pourrais avoir l’air dans une robe dans une position moche.

Pour ma part, j’ai une morphologie en X (une morphologie super sympa) MAIS j’ai des jambes ultra courtes. Pour tout vous dire, j’ai besoin de 6cm de talons minimum si je veux être proportionnée (c’est un vrai calcul morphologique hein, c’est à ça que ça sert de voir une conseillère en image). Adios basketos à mon grand désespoirdos mais je vous jure que c’est affreux si je porte du plat. Je vous ferai une démo un de ces 4.

Du coup, les robes taille empire, ça donne l’impression que mes jambes sont plus longues.

Chaud patate, le cadrage : il fallait éviter les canettes de carapills…

Matez-moi cette super longueur de jambes… Même Zia est épatée…

Evidemment, c’est un leurre visuel mais je suis pour les leurres morphologiques moi, tant qu’ils sont matériels et pas informatiques.

Quand je vous promets de ne rien retoucher, je ne mens pas : tout y est. Moi, juste moi, mes cicatrices, ma peau qui a besoin d’être hydratée et ces superbes lunettes trop rigolotes!

Autre conseil que je respecte à la lettre, même si ça me coûte un peu, c’est de porter des bagues qui ne vont pas raccourcir mes doigts (courts aussi, on ne change pas une équipe qui gagne). Si je porte une bague trop visible et épaisse, je « coupe » mon doigt et je le raccourcis. Donc la finesse de celle-ci allège un peu le bazar.

En gros, cette coupe convient à merveille aux petites poitrines (puisque resserrée dessous et joli décolleté jamais vulgaire sur les petits seins) et aux jambes courtes. Forcément, je porte de super compensées pour ne pas devoir recouper la robe (parce que jambes courtes + robe longue = chute assurée sinon).

 

Sur ce, je vous laisse avec ma photo préférée de cette petite séance qui m’a demandé bien des efforts…

Je remercie Lucie, de Things she says, pour les photos. Nous ne sommes pas des pros, mais c’est ça qui est bon!

Robe : Dry Lake

Lunettes, bracelets : Pilgrim

Boucles d’oreilles, autre bague et autre bracelet : Louise Kopij

Sac : Uzurii

Chien : Zia, bichon maltais martyrisé.