Jusqu’ici, je vous ai présenté mes acolytes Sarah et Juline. Maintenant, c’est au tour de Melisson…

Contexte…

Comme vous le savez, le but d’Imparfaites n’est pas de vous montrer des photos hypeeeeer trop parfaites de la mort. Nein. Nous n’allons pas dans un super endroit magique qui rend tout plus beau. On fait avec ce qu’on a. Et autour de notre boulot, on n’a pas de coin romantique d’amouuuur.

Avec Mel, on a choisi de travailler le thème floral (lol) en trouvant un mur et un cerisier japonais.

Melisson…

Melisson, c’est une petite nana toute fraîche. Quand je dis petite, c’est de la taille dont je parle. De l’intérieur, elle est gigantesque. C’est une fille remplie d’une force insoupçonnée, étudiante infirmière, capable, dès sa première année, d’affronter le décès d’une patiente sans décider de changer de branche, et ça, on serait peu nombreuses à l’encaisser. Elle est aussi conseillère en style chez nous et du style, elle en a à revendre. La première fois que je l’ai vue, elle portait une tenue incroyable. Son plus grand talent mode est dans les associations inattendues de couleurs.

Nous avons d’abord tenté le “vas-y, fais le modèle”… Ca a donné ça :

Comme je trouvais que ça ne faisait pas assez modèle, rapport au sourire, les modèles ne sourient pas, tout le monde sait ça, je lui ai dit “oh bah tant pis, sois toi-même” et ça a donné ça :

Beaucoup mieux je trouve, non?

La fleur invasive…

Ensuite, nous avons tenté de faire un “effet de style”.

L’idée était la pluie de pétales dégoulinant sur sa blonde chevelure aérienne.

Première question : qui devait tenir la branche?

Nous avons rapidement abouti à la réponse : pas Mélisson.

J’ai donc décidé de me sacrifier pour lui secouer le machin sur la tête.

On tenait un truc sauf qu’à un moment :

Elle s’est aperçue que son corsage (oui j’aime bien les mots ringards) se remplissait de pétales.

Nous avons donc abandonné l’idée…

La photo de la nana qui marche dans la rue

On a ensuite tenté cette photo classique de la nana qui déambule négligemment dans la rue avec la jambe pile poil trop bien mise et le regard intense.

On a vite abandonné.

Et puis on s’est laissées aller…

Melisson avait choisi ce look parce qu’il lui parle. Il est tout doux comme elle. (oui, on a aussi tenté le forsythia)

Les couleurs claires la mettent délicatement en valeur.

Mais elle a SA Mel-touch. Parfois c’est un vernis, parfois c’est son rouge à lèvres mais c’est toujours une touche fun.

Pourquoi on aime cette nana? Je pense que les photos parlent d’elles-mêmes. Mélisson est douce, tendre et forte à la fois. Elle rit pour un rien, pleure dès qu’elle voit quelqu’un verser une larme, pense à tout le monde, tout le temps. Elle est toujours sur le pied de guerre pour donner un coup de main.

Elle parle un anglais lamentable qui fait marrer tout le monde et a toujours l’art de poser LA mauvaise question avant de vouloir la ravaler d’urgence en éclatant de rire.

Sous cette surface de douce rigolote, Mélisson déborde d’amour pour tous ceux qui l’entourent et on ne peut que l’aimer en retour.

Je vous souhaite de croiser un jour son regard franc et lumineux, plutôt chez ADNC qu’à l’hôpital puisque je ne vous souhaite pas d’y aller ^^, qui vous apportera un peu de bienveillance dans ce monde de brutes. Nous, on y a droit souvent, et la vie est tout de suite plus chouette!

Kimono : MbyM

T-shirt : Eleven Paris

Bijoux : Pilgrim

Jeans : ADNC