L’année 2020 ne fut pas classique, loin s’en faut.

Alors pour 2021, j’ai revu ma copie et voici mes voeux officiels.

Des ambitions à la baisse

Globalement, soyons francs, j’ai revu à peu près toutes mes ambitions à la baisse.

Je ne vous souhaite plus de partir à Hawaï : avoir le droit de partir dans un camping dans le fin fond de la Creuse a réussi à devenir un luxe incommensurable. Donc je vous souhaite un weekend dans les Ardennes devant une raclette avec plus d’un ami, un tour à la Mer du Nord, sans vous faire jeter par les bourgmestres locaux, voire, soyons fous, un séjour dans un parc d’attraction sans tube de gel hydroalcoolique dans tous les sacs à main.

Je ne rêve plus d’un anniversaire entouré de tous mes amis. Pouvoir inviter ensemble un couple d’amis me semble déjà fabuleux. On a réussi à faire passer nos dimanches traditionnels pour une aventure de folie digne d’Indiana Jones qui osait boire de l’alcool frelaté dans une tribu d’aborigènes drogués. 2020, c’était l’année de la prohibition pour les amitiés. Je ne me suis pas mise à l’alcool pour compenser, mais j’aurais pu.

Donc j’en suis au stade où pouvoir inviter mes deux meilleures amies pour un goûter à 16h est un de mes voeux les plus chers. Comme quoi tout arrive.

Je n’ambitionne plus de dévaliser les magasins : le simple voeu de pouvoir faire UN magasin peinarde sans vigile, sans spray, sans masque, sans peur de toucher un virus vert (mais d’ailleurs est-il vraiment vert ?) me suffit amplement. Je vous souhaite donc juste d’aller dans votre magasin préféré, comme avant, pour vous choper le rhume pas grave de la nana qui était dans la cabine avant vous.

Des choses essentielles

C’est aussi l’année où on a appris à se dire que le PQ est quand même une invention de malade. Je vous souhaite donc au choix et dans le désordre :

  • De ne jamais manquer du PQ que vous affectionnez. Perso, j’aime pas les PQ 18 couches qui coûtent 14€ le paquet de 4 rouleaux. Cette année, j’ai été obligée de prendre ceux-là. Ils étaient vert anis en plus. Ca jurait dans ma salle de bain. J’ai failli boucher la tuyauterie. Bref, le papier deux couches à 1,99€ les 8 rouleaux chez LIDL, c’est la vie.
  • De ne jamais manquer de Dinosaurus chocolat au lait : personne n’a parlé de cette rupture de stock pourtant cruciale. Moi, je l’ai remarquée. Lola a manqué de ses biscuits favoris pendant presque deux mois. Et je pose la question : QUI A REVENDU DES DINOSAURUS CHOCOLAT AU LAIT AU MARCHE NOIR JE VOUS PRIE ?
  • De ne plus manquer d’air : c’est cette année que je me suis aperçue que j’aimais bien respirer sans entrave en fait.
  • Et dans la même logique : de ne plus jamais manquer de chewing gum double menthe quand vous avez mangé de l’ail. J’ai fini par découvrir que je mange souvent de l’ail, finalement.
  • De ne jamais manquer de chauffage : j’ai appris cette année que mon entreprise me chauffait la majeure partie du temps. Cette année, j’ai dû tout me chauffer moi et comme je me chauffe au bois, je peux vous dire que j’ai une âme de bucheronne présentement.

J’aurais pu vous souhaiter de ne jamais manquer de gel hydroalcoolique mais j’ai toujours pensé qu’un savon, c’était vraiment bien aussi. Et puis je pense que désormais, une frange de la population sera toujours prête à vous en vendre à 23€ les 50ml donc ne vous en faites pas : on n’en manquera plus.

Je vous souhaite aussi de garder les apprentissages de 2020 suivants

  • C’est bien de se lever plus tard parce que le bureau est dans le salon.
  • C’est bien de pouvoir travailler en pyjama de temps en temps (mais pas tout le temps : c’est mal, tout le temps)
  • Y a des tenues d’intérieur qui sont aussi réconfortantes qu’un bol de chocolat chaud avec de la crème fraîche un soir d’hiver.
  • Quand on voit moins de gens, on a plus de temps pour apprendre à faire des trucs.
  • Apprendre à faire des trucs est très satisfaisant. (J’ai appris à faire des cookies, deux trois plats, du tricot, du yoga)
  • Finalement, quand tu fais gaffe, tu ne chopes pas autant de rhumes qu’avant. Pour ma part, zéro rhume au compteur cet hiver alors que j’avais une médaille de bronze.
  • Y a finalement de très bonnes séries allemandes.
Pas celle-là ^^

De vrais voeux quand même

Même si ce qui précède n’est pas que du flanc, mes vrais voeux sont donc les suivants :

  • Je vous souhaite des rêves à n’en plus finir et l’envie furieuse de… ah non pardon ça c’est pas de moi ^^
  • Je vous souhaite de pouvoir serrer votre grand-mère dans vos bras sans avoir peur de lui donner la mort.
  • Je vous souhaite de pouvoir faire la bise à vos amis parce que vous êtes heureux de les revoir.
  • Je vous souhaite de pouvoir boire un verre de vin chaud sur un marché de Noël bondé
  • Je vous souhaite de vous dorer la pilule sur une plage où les orteils de votre voisin seront tout proches des vôtres et que ce sera pas grave parce que ça voudra dire que c’est fini
  • Je vous souhaite de voir les visages des gens dans la rue, même quand ils font la gueule.
  • Je souhaite aux professeurs de voir les visages des enfants qui leur font face.
  • Je souhaite aux enfants de retourner à l’école tous les jours, même en râlant, juste pour se rappeler ce que c’est qu’une vie sociale normale.

Et avant tout, je souhaite à ceux qui ont subi de plein fouet cette crise, que ce soit par la perte d’un proche, la perte d’un rêve, la perte d’un job ou que sais-je de se relever en 2021 pour revivre à nouveau dans un peu plus de douceur, avec la chaleur du soleil sur plus de la moitié du visage.

Photo de couverture : Laura MacNeil sur Unsplash