Au hasard incongru d’un partage d’ascenseur, j’ai rencontré un BG. Dans les vapeurs éthyliques d’une fin de soirée somme toute un peu chiante, nous avons échangé nos facebooks sans autre forme de procès ou échanges de politesses.

L’histoire aurait pu s’arrêter là. Mais non. Sinon, ça ne mériterait pas un article.

Le lendemain, comme toute personne normale en 2015, je survole les photos de mon nouvel « ami ».

Et là… Comment vous dire… Attendez, ne rien vous dire et vous montrer sera plus simple.

1540403_10205301768689152_7190455805102546736_o

Ma sœur et moi : « Ah oui bon, ok, d’accord, euh, ouais d’accord… »

Le genre de gars tellement pas REEL que tu n’envisages même pas de le recontacter. Limite, tu te dis que ça ne sert à rien de le garder dans tes contacts. Mais tu le gardes quand même. Parce que bon, des photos comme ça, faut pas gâcher.

10850118_10152737493704823_8220825396269576126_n

Mais finalement, je suis aussi tombée sur ceci…

didier

Le gars ne fut donc pas toujours un BG de la mort qui tue.

Coïncidence (vous verrez qu’on fait très beaucoup beaucoup dans les coïncidences), quelques jours plus tard, plusieurs lecteurs mâles d’âges divers zet variés m’ont écrit en s’insurgeant que nous ne parlions de rééquilibrage alimentaire que d’un point de vue féminin et, citons Michaël, « que c’était sympa de nous voir devenir bonnasses mais que s’il restait un thon bedonnant, il n’aurait quand même aucune chance de pécho » (Michaël fait dans le second degré à ses heures).

Et là, vous connaissez mon esprit tortueux, je me suis dit que le mieux serait de s’adresser à un expert de la reprise en main et BAM, Didier, me dis-je ! (Oui parce que la bombe en kilt No Rules, Great Scotch, s’appelle Didier Haufman… mais restez avec nous et ne courez pas l’ajouter tout de suite !)

Voici donc l’échange que nous avons eu autour de quelques verres de coca light…

bloguer, une activité difficile...

bloguer, une activité difficile…

Didier travaille depuis 20 ans dans une boite commerciale bien connue en Belgique, le genre de boite où il faut une certaine obstination pour monter les échelons… Plutôt gringalet mais chou (j’ai vu des photos, il ne ment pas) dans l’adolescence, il n’a jamais éprouvé de difficultés énormes avec l’image de soi malgré une certaine timidité à surmonter.

Mais un jour, se voyant en photo à 36 ans (la photo « before »), il a réalisé qu’il s’était franchement laissé aller, qu’il ne se ressemblait plus et qu’il « méritait mieux que ça ». Il était tombé dans tous les excès et ne faisait attention à rien. « Je suis capable du pire comme du meilleur mais c’est dans le pire que je suis le meilleur ».

C’est ainsi qu’il a fini par comprendre ce qui l’avait poussé à s’abandonner de la sorte. Dans son cas, il s’agissait d’une « croyance limitative », pour employer ses termes. Ayant perdu son papa à 9 ans, alors qu’il avait 36 ans, Didier avait grandi avec l’idée qu’il mourrait jeune. La peur et l’à-quoi-bon avaient donc pris le dessus et il laissait la « vie » faire.

Cette prise de conscience, alors que son fils avait neuf ans à son tour, l’a poussé à entreprendre un étonnant parcours contre le destin qu’il croyait être le sien.

Oui, ok, mais COMMENT ?

Alors bien entendu, cela ne s’est pas fait du jour au lendemain. Certains ont ri, d’autres se sont inquiétés. Mais en six mois, il parvenait au résultat de « after ». Et quelques mois plus tard encore, à cette merveilleuse photo que je vous ai montrée en premier.

tumblr_nh1k7wzgA41qli0eko1_1280

Evidemment, les sacrifices ont été nombreux. Tout le monde n’a pas forcément la force de se limiter à des shakes, à 125gr de riz/125gr de viande blanche les bons jours (75gr les jours maigres), à des heures de sport intensif. Tout le monde n’a pas envie de se lever aux petites heures avant le travail pour faire du vélo. Tout le monde ne souhaite pas s’astreindre à des prises de sang afin de découvrir l’une ou l’autre carence. Mais Didier, lui, a cette forme d’énergie débordante de ces gens qui arrivent toujours à ce qu’ils veulent.

(petit régalage occulaire…) :

Super, mais moi, est-ce que je peux ?

Je ne suis pas certaine que les messieurs qui nous ont écrit aient pour ambition d’arriver à ce résultat parfait… Mais je crois que ce qui est à retenir de ceci, et la raison d’être principale de cet article, c’est que tout le monde a le pouvoir de se reprendre en main du moment qu’il trouve son pourquoi.

Pourquoi on n’agit pas, pourquoi on veut agir. Quelles sont VOS croyances limitatives à vous ?

Lorsque je lui ai demandé si tous ces sacrifices étaient surmontables, sa réponse m’a mis une petite gifle à la logique… « Je trouve plus difficile d’être mal dans ma peau tous les jours que de faire deux heures de sport ». Pas con.

Ça change quoi, cette reprise ?

Restons lucides et honnêtes : évidemment, je débordais de curiosité. Ça fait quoi d’être beau de façon hors normes ? Le regard des femmes change-t-il ? Est-ce que ça facilite la vie ? Est-ce que tu te rends compte que la plupart des nanas « normales » ne t’envisageront même plus comme un « petit ami potentiel » tellement tu es « inenvisageable » ?

Mes questions le gênaient de toute évidence. J’ai eu droit un petit nombre de fois à « oh la la mais ça fait tellement prétentieux… ». Mais j’ai finalement eu des réponses. Donc oui, on fait aussi de tels efforts pour susciter quelque chose dans le regard des autres. « On cherche tous à aimer et être aimé non ? »

tumblr_nh1pbwsLDG1qli0eko1_1280

Au fond, l’homme est une femme comme les autres…

Conclusion

La conclusion est toute simple : vous devriez croiser Didier, taper la converse avec lui et vous rentrerez chez vous tout motivés pour vous mettre au sport et à la diète. Parce que cette énergie qu’il dégage, cette foi débordante en la vie, ce sont exactement les motivations nécessaires pour vous donner envie de trouver VOTRE « pourquoi ».

Il a d’ailleurs assuré être prêt à discuter avec quiconque le souhaite. Et ça, c’est gentil tout plein, non? (Vous le trouverez très facilement sur facebook!)

Je ne suis donc pas mécontente d’avoir pris l’ascenseur.

10968014_778792185508439_1161397994_n

 PS : le joli monsieur plutôt bien sous tout rapport est célibataire, les filles. Sa femme idéale, c’est Virginie Ledoyen. Tentez votre chance!

(crédit photo : Frédéric Lambert)

signature