Je sais, je m’étends un peu trop sur mon amour débordant pour mon pays… Déjà avec Je suis wallonne et je vous emmerde, je m’étais un peu lâchée et j’avais vexé des gens.

Mais tant pis voyez-vous. Ces jours-ci, je me suis encore surprise à avoir le coeur gonflé d’amour patriotique. Et comme de nombreux Français nous lisent, je ne pouvais pas les laisser passer à coté des derniers événements belges.

tumblr_ng6bp7ZwiN1sw7ynio1_500

Donc petit flashback.

Suite aux attentats parisiens, les forces de l’ordre belges ont découvert que des terroristes préparaient sensiblement la même attaque sur Bruxelles.

Panique à bord, niveau d’alerte relevé à 4 (le maximum), magasins fermés, écoles fermées, musées fermés, rues désertes, tanks et militaires partout, du jamais vu en Belgique.

Et là, la police nationale a demandé sur Twitter et sur les réseaux sociaux de ne pas communiquer au sujet des opérations militaires (#BrusselsLockdown) afin de ne pas gêner l’action de la police.

C’est le moment précis qu’a choisi mon pays pour montrer sa personnalité.

Les Twittos belges, comme un seul homme, on commencé à diffuser le #BrusselsLockdown non pas avec des informations cruciales, non. Ils ont lié ce hashtag à… des chats.

brussels-lockdown-2

Tout mon fil d’actualité était rempli de chats.

Partout.

Le Belgique a combattu l’agressivité du monde avec des chats rigolos.

56531fb25ca91_Brusselslockdowncatpicture(1)

Et le lendemain, le twitter officiel de la police a remercié… les chats du #BrusselsLockdown.

chats_0

Alors on peut dire que ça ne sauvera pas le monde. On peut dire que c’est un combat bien léger et futile.

Mais moi, je dirais que la Belgique, ce soir-là, a montré sa force et son unité. Personne pour gueuler, râler ou pleurer. Personne pour se plaindre de la Police. Non. Des chats.

La force de la Belgique, c’est son humour.

On ne vaincra pas Daesh avec des chats. Mais les chats de ce soir-là, c’est exactement ce que Daesh veut tuer. Et on ne se laissera pas faire.

a_101_brusselslockdown_151121

#BrusselsLockdown, au lieu d’être uniquement anxiogène, est devenu porteur d’espoir.

Je suis fan de mon pays.

Love Peace Flex