« Je t’écris pour te dire que tu m’as déçue en postant une photo de Nutella. Je quitte ta page définitivement, ça te fera peut-être réfléchir. »

J’ai reçu ce message ce matin, parmi d’autres, la plupart me remerciant de les aider à s’accepter au quotidien d’ailleurs.

Cela fait maintenant une bonne dizaine d’années que je blogue.

Au départ, j’avais peu de lecteurs et j’écrivais tout ce qui me passait par la tête, avec mon ton parfois (souvent) mordant. Puis les temps ont changé et j’ai commencé à être lue.

J’ai débuté Imparfaites il y a environ 4 mois. Vous le savez, j’y défends MA vision du monde et elle concerne essentiellement l’image de la femme dans les média traditionnels et sur les réseaux. J’y écris aussi des petits articles sur plein de sujets différents, mes conseils de coach en image, mes coups de gueule, mes coups de coeurs.

L’autre jour, j’ai fait une photo de pots de Nutella sur la fête foraine. Les couleurs étaient jolies. Je n’ai pas osé la poster parce que je savais que plein de gens allaient me tomber dessus parce que Nutella, c’est l’affaire de l’huile de palme etc.

Je n’ai pas osé la poster

C’est ça qui me dérange. Je n’ai pas osé.

Sur MON blog. Celui où je dis qu’il faut accepter les gens tels qu’ils sont.

Je n’ai pas osé la poster parce que j’ai eu peur qu’on ne m’accepte pas MOI.

Parce que je sais que c’est mal hein, de manger du Nutella. Je le sais. Mais JE LE FAIS QUAND MÊME.

Parce que, croyez-le ou non, je ne suis pas PARFAITE. Incroyable non?

Alors je l’ai postée…

Je l’ai postée parce que je me suis dit que, si mes lecteurs avaient réellement compris mon message, ils se montreraient tolérants et me diraient que c’est mal d’en manger mais toléreraient mon imperfection.

Mais que nenni.

Vous avez beau défendre une belle idée d’acceptation de soi et des autres, ils en attendront toujours que vous colliez parfaitement à leurs opinions. Un peu comme si, demain, je dégageais de ma vie toutes mes copines obsédées par la perfection corporelle parce qu’elles ne militent pas à mes côtés.

Laissez-moi vous dire une chose…

Je trouve ça complètement con et vous faites bien de quitter ma page : c’est que non, en fait, le message central ne vous intéresse pas.

Je vous ai DECUE, mademoiselle? Et vous croyez que JE ne suis pas déçue de voir que mon message est si vite oublié?

Je ne vous mentirai pas pour que vous m’acceptiez. Sinon, j’aurais fait un blog traditionnel.

Je ne vous ferai pas croire que je suis parfaite et que je fais tout bien, pas plus que vegan, végétarienne, fitgirl parce que c’est pareil.

Oui, je fais des trucs cons parfois et je ne demande qu’à entendre des arguments servis avec bienveillance et amitié. Personne ne m’a écrit pour me dire « Chrys, je ne te suis pas là dessus, regarde pourquoi… » avec un lien expliquant exactement les enjeux du Nutella (parce que non, je ne suis pas super informée sur le sujet, figurez-vous. Je sais qu’il y a une controverse mais je ne me suis pas penchée sur le sujet). Peut-être que là, j’aurais entendu. Mais non, « quitter ma page ne me fera pas réfléchir ». D’ailleurs c’est complètement débile de le croire. Vais-je réellement écouter les arguments par la menace de gens intolérants? Allons allons… C’est exactement le thème de ce blog : accepter les autres dans leur imperfection.

Et ce n’est pas par la menace qu’on y arrive, ma foi…

Quittez-moi à cause de Nutella

Et allez suivre d’autres qui vous feront croire qu’elles sont des saintes si ça vous chante. Moi, je n’ai pas envie de vous mentir pour que vous restiez. Pour ma part, je continuerai à être moi. Et je ne rêve que d’une communauté tolérante, où on débat dans l’amusement et le second degré, où on s’écoute, on s’engueule parfois. Et si vous n’avez pas envie d’en être parce que « je vous ai déçue », bah en effet, la porte est là, grande ouverte. C’est le miracle des internets : on se casse quand on veut.

Sur ce,